Quelques anécdotes du blackjack

Les histoires qui vont suivre sont des histories vraies de blackjack

En tout cas, c'est ce qu'on raconte... Nous avons laissé la narration à la première personne...

Le SDF dans le casino

Un jour, alors que j'étais assis dans un café, un ami complètement essoufflé est arrivé pour m'annoncer qu'il se passait une chose incroyable un peu plus bas dans la rue. Il me raconta qu'un homme sans domicile fixe, un homme qui avait l'air complètement fauché et dont un sac de shopping contenait tous ce qu'il possède, un homme mal rasé, mal apprêté et aux vêtements sales avait réussi à s'introduire dans un des nouveaux casinos de l'époque. Il s'était assis à une table de blackjack, avait acheté des jetons pour 40$ et avait commencé à jouer et à gagner, comme s'il ne pouvait jamais perdre.

Au bout de quelques heures il s'est retrouvé avec des piles de jetons de milles dollars. Quand je suis arrivé sur place, il y avait des cordes en velours et des gardes de sécurité autour de la table pour ne pas laisser la foule passer et voir la magie de l'action et la performance d'un homme qui, par son apparence a réussi à tromper tout le monde sur ses prouesses et sa grande capacité à comprendre un jeu aussi insaisissable que blackjack.

Cet homme est parvenu à gagner environ 1.000.000$ tout en buvant comme un poisson, en jurant comme un matelot et en balançant des objets quand il lui arrivait de perdre une main. On aurait dit un gosse de deux ans. À un moment, on lui a offert une suite de l'hôtel en lui suggérant de s'y reposer pendant quelques heures.

Il a dû aller faire une sieste car il est revenu quelques heures plus tard. Il s'est assis avec ses jetons et a recommencé à jouer. Il a ensuite perdu la quasi-totalité des ces gains tout en buvant et en jurant. Lorsqu'il était arrivé à 40.000$, le gérant du casino l'a mis dehors personnellement.

Les croupiers ne se retournent pas

Un jour j'étais en train de jouer à une table de casino en face de la réception de l'hôtel. Il faut savoir qu'il existe une règle universelle pour les croupiers : ils ne peuvent pas se retourner ! Ils peuvent juste regarder droit devant, à gauche ou à droite.

Alors que le croupier était en train de me donner un as comme première de mes deux cartes, un homme, poursuivi par la police est les gardes de sécurité, a fait l'irruption en menaçant tout le monde avec son arme à feu. Je regardai alors le croupier calmement, prêt à recevoir ma deuxième carte en lui disant « Donnez-moi un 10 pour que je puisse faire mon blackjack et payez-moi assez rapidement ! Ne vous retournez pas, car il y a un homme juste derrière vous qui a une arme. Je suis sûr que tout sera bientôt sous contrôle, mais payez-moi rapidement juste pour être sûr. »

La chance changeante du blackjack

Les cartes venaient vite et tombaient mal toute la journée. Je n'ai strictement rien eu de la journée. Ma patience partait avec l'argent que je perdais et je voulais absolument faire quelque chose pour changer cette situation. J'avais tout essayé : changement de tables, pause pour le lunch, un autre casino. Rien ne fonctionnait et alors que j'étais sur le point de tout abandonner tout à coup je commençais à avoir les bonnes cartes. J'ai gagné une main, puis une autre, puis encore une autre etc. Et dire que jusque là je n'ai pas réussi à en gagner une seule de toute la journée ! Avec ma plus grosse mise de la journée j'avais eu un as et un 2 contre le 10 du croupier. J'ai relancé avec un 13 souple et eu un autre as pour me retrouver avec un 14. J'ai relancé de nouveau et eu un 2, ce qui m'a fait un total de 16. Puis j'au eu encore un autre as et je me suis retrouvée avec un 17. J'ai eu cinq cartes pour une seule main et j'avais toujours une main potentiellement perdante. J'ai relancé de nouveau et eu un 5, pour transformer tout ce fouillis en 12. C'était le dilemme d'une journée difficile. J'avais 6 cartes pour une seule et même main. Un 10 allait se montrer à coup sûr maintenant. Que faire? Tirer encore une carte. J'ai eu un 3. En 30 ans de blackjack, je n'avais encore jamais eu un jeu pareil. J'avais sept cartes, mais toujours rien à jouer. J'ai donc pris une carte en plus en fermant les yeux. Finalement j'ai réussi à avoir une main de 17. Exaspéré, je regardais le croupier sortir un 6 (10 + 6). Là, j'ai souri de satisfaction car un ou deux points de plus auraient battu ma main.